Archives du mot-clé réflexion collective

Un projet sur la santé et l’alimentation à La Marée des Mots

Sylvie Bernier est travailleuse dans un groupe populaire en alphabétisation : La Marée des Mots.

Elle nous démontre par l’exemple d’un projet autour de la santé et l’alimentation, l’importance de réfléchir avec les participants. Non seulement cette phase de réflexion collective va stimuler une plus grande participation à long terme mais, en plus, va permettre d’aboutir à une analyse plus profonde du sujet et de ce fait, à des apprentissages d’une très grande richesse.

Continue reading

Les CPS – 1

Les communautés de pratiques et de savoirs (CPS) en tant que mode privilégié par la FQOCF

La Fédération québécoise des organismes communautaires Famille (FQOCF) s’inscrit dans un courant en émergence visant à préserver, développer et favoriser la transmission des pratiques et des valeurs portées par les organismes communautaires québécois.

L’action communautaire autonome constitue en effet un terreau fertile au partage et au développement des savoirs, de par :

  •  sa mission de transformation sociale et son ancrage dans la collectivité,
  • son accent mis sur l’empowerment des personnes et les rapports égalitaires,
  •  son approche globale qui vise le respect des choix, du rythme, des besoins, des aspirations et de l’autonomie des personnes,
  • ses pratiques d’éducation populaire et d’actions collectives pour et avec les personnes.

Néanmoins, des enjeux tels la relève, le roulement des employés-es, la professionnalisation des pratiques et le financement précaire des organismes influencent également la pratique communautaire. Les personnes en situation d’accompagnement doivent actualiser de manière continue leurs pratiques d’intervention en tenant compte d’un contexte de plus en plus complexe et en perpétuel mouvement.

Au cours des dernières années, la FQOCF a constaté que les besoins et réalités vécus par le mouvement communautaire autonome Famille ne sont pas différents de ceux d’autres secteurs de l’action communautaire autonome. C’est dans ce contexte que la FQOCF a lancé en 2011 le projet AGORA, une initiative en transfert et développement de connaissances. Ce projet s’actualise principalement sous la forme de communautés de pratiques et de savoirs (CPS) régionales et nationales.

La première fiche CPS – 1 vise à expliquer les raisons qui ont mené aux choix des CPS en tant que mode d’action privilégié pour favoriser le transfert et la mobilisation de connaissances entre les membres de la FQOCF. Parmi celles-ci, l’histoire et les défis du mouvement ainsi que les valeurs et les intentions portées.

  • le transfert de connaissances, c’est d’abord et avant de tout créer des espaces pour parler des familles, de l’accompagnement auprès d’elles, des valeurs et des personnes qui œuvrent dans les organismes communautaires familles (OCF).
  • c’est échanger sur l’histoire des OCF, le financement, la transmission des valeurs et de notre approche, ainsi que sur les défis liés aux départs à la retraite, à la relève ou au roulement de personnel, etc.

De ce fait, les pratiques des membres et leur développement sont influencés par de multiples facteurs internes et externes auxquels il était nécessaire de s’attarder collectivement. Voilà ce qui a justifié le choix de la FQOCF de mettre sur pied des communautés de pratiques et de savoirs (CPS) en tant que moyen pour soutenir le développement et le transfert de connaissances entre les membres.

icone_fiche_orangeIPC_CPS1modeprivilégié_FQOCF (PDF)

Réflexions sur les pratiques pour et avec les familles

fqocf_coul

 

Près de 10 ans de réflexions sur les pratiques pour et avec les familles

La Fédération québécoise des organismes communautaires Famille (FQOCF) a initié il y a près de 10 ans une démarche de réflexion collective avec ses membres sur les valeurs, principes et pratiques communes. Cette démarche a culminé en 2008 avec l’adoption du Cadre de référence sur les pratiques d’action communautaire autonome Famille (ACAF). Développé dans une perspective d’éducation populaire, il vise à outiller les organismes communautaires Famille (OCF) dans leurs pratiques quotidiennes auprès des familles.

En 2011, la FQOCF lançait le projet AGORA, une démarche d’appropriation réflexive et de transfert de connaissances portant sur les pratiques d’ACAF énoncées dans le Cadre de référence. Au cœur du projet, les moments de réflexions collectives entre les membres prennent la forme de communautés de pratiques et de savoirs, d’échanges lors de visites d’organismes, d’ateliers dans le cadre des Rencontres nationales, des assemblées générales de la FQOCF, etc. Cette démarche témoigne d’une volonté collective de développer des savoirs communs en tant que mouvement, mais également de valoriser, soutenir, enrichir et documenter les pratiques d’ACAF portées par les organismes communautaires Famille.

Les réflexions en cours issues du projet AGORA de la FQOCF s’inscrivent donc pleinement dans la thématique « Apprendre ensemble » mise en avant-plan par l’initiative Innover pour continuer. Dans le texte suivant, les valeurs partagées par les OCF, pierre d’assise des pratiques d’ACAF, ainsi que les notions d’enrichissement de l’expérience parentale et d’empowerment, telles que formulées par les membres de la FQOCF, sont présentées afin d’illustrer les fondements au cœur de leur démarche.

Les valeurs véhiculées par le Cadre de référence sur les pratiques d’ACAF

En tant que membres du mouvement d’action communautaire autonome, les OCF adhèrent aux valeurs suivantes :

  • L’ouverture, l’écoute, le respect, l’accueil et reconnaissance des forces des familles;
  • La liberté, l’intégrité et la cohésion entre OCF;
  •  L’enracinement dans la communauté;
  • Les familles au cœur de l’action;
  • L’autonomie comme toile de fond;
  • La souplesse et l’innovation;
  •  L’approche globale;
  • Des activités centrées sur des valeurs d’autonomie et d’appropriation individuelle et collective du pouvoir d’agir;
  • Une conception égalitaire des rapports sociaux;
  • Un fonctionnement démocratique;
  • Un rapport volontaire à l’organisme;
  • La solidarité et la justice sociale.

Les notions au cœur des pratiques des OCF

Afin de contrecarrer l‘usage de la notion de « compétences parentales », qui est encore largement utilisée en intervention sociale auprès des familles, les OCF ont opté pour l’appellation « enrichissement de l’expérience parentale » pour définir leurs pratiques.

Cette notion est davantage compatible avec leur philosophie, qui reconnait l’expérience existante et à venir des parents. Le terme « expérience » est plus représentatif de l’ensemble des éléments faisant partie de la réalité d’être parent.

Ce n’est pas tant le concept lui-même de compétence appliqué à la réalité parentale qui pose problème. C’est plutôt la manière dont il est utilisé pour juger, d’un point de vue extérieur ou sur un plan institutionnel, de la conformité à certaines normes de pratiques parentales sans que les parents aient la possibilité de questionner, de critiquer, voire de contester celles-ci.

 Qu’est-ce que l’enrichissement de l’expérience parentale?

Tout parent vit une expérience particulière liée à l’exercice de son rôle parental. Cette riche expérience implique de nombreux éléments tels que :

  •  l’évolution de la relation avec son enfant;
  • la relation qu’il a avec les autres parents et adultes qui s’occupent de son enfant;
  • les conditions (sociales, économiques, psychologiques, culturelles, etc.) dans lesquelles le parent baigne quotidiennement;
  •  les comportements de l’enfant;
  • le réseau social du parent.

 Ces éléments peuvent aussi bien être des atouts que des obstacles aux yeux du parent. Pour une personne oeuvrant en OCF, accompagner des parents signifie alors de partir à la découverte de leur expérience avec tous les éléments que cela comporte et de favoriser l’expression de cette expérience entre eux. C’est ainsi leur reconnaître une posture d’auteur face à leur propre vie (Lacharité, 2010).

Qu’est-ce que l’empowerment?

L’empowerment est un processus enraciné dans l’action permettant aux personnes d’acquérir un meilleur pouvoir d’agir sur eux-mêmes et sur leur environnement. Il vise la reconnaissance et la promotion des forces individuelles et collectives qui entrent en jeu dans les situations, plutôt que de se concentrer sur les problèmes. Les membres de la famille se sentent alors plus en contrôle face aux diverses circonstances de leur vie (Lacharité et Gagnier, 2009).

Dans le cadre de ses pratiques auprès des familles, la personne oeuvrant en OCF devient alors un agent multiplicateur. C’est-à-dire qu’elle facilite l’accès aux ressources du milieu et permet de réunir des personnes aux prises avec une réalité commune. Elle favorise également les échanges et réflexions critiques. Elle donne aussi le temps nécessaire pour permettre l’enracinement du changement (Le Bossé, 2003).

Il ne fait nul doute que le concept d’empowerment et la démarche d’enrichissement de l’expérience parentale sont étroitement liés. De façon complémentaire, ils misent sur la richesse de l’expérience des parents, de leur capacité à prendre ou reprendre leur pouvoir d’agir pour devenir des agents de transformation sur les plans individuel et social (famille, communauté, etc.).

Les principes qui guident les actions des OCF

Travailler pour et avec les familles est le leitmotiv des organismes communautaires Famille. Si les valeurs d’ACAF sont les phares qui guident leurs pratiques, le « comment faire » représente le chemin pour accompagner le parent tout au long de son processus d’empowerment. Comment cela se traduit-il au quotidien? Comment invite-t-on un parent à participer à la vie dans un OCF, à se raconter? Comment accueillir, soutenir et accompagner les familles? Ces questions sont au cœur des échanges qui ont lieu dans le cadre du projet AGORA et de la vie associative de la Fédération.

Ces réflexions collectives ont notamment permis de regrouper les pratiques d’enrichissement de l’expérience parentale et d’empowerment des familles selon trois grands principes :

  • Reconnaître les parents comme premiers et principaux éducateurs de leurs enfants;
  • Créer des espaces de parole et de soutien à la prise de parole pour et avec les familles;
  • Soutenir et accompagner la participation et l’implication des familles à l’intérieur d’un organisme.

Les échanges sur ces trois principes se poursuivent présentement et chaque membre de la Fédération est invitée à partager ses pratiques, critiquer et commenter les énoncés proposés à la lumière de ses propres réalités. Tout cela en poursuivant l’objectif d’apprendre ensemble et de documenter ce qui fait la force de nos actions communautaires autonomes auprès des familles. Nourries de ces réflexions et contributions collectives, plusieurs productions écrites sur les valeurs, principes et pratiques des OCF seront finalisées au courant de l’année 2015 (incluant des textes sur les deux autres grands fondements en ACAF : l’approche milieux de vie et l’éducation populaire).

Bibliographie

FQOCF (2008). Cadre de référence sur les pratiques d’action communautaire autonome Famille, Saint- Lambert, 23 p. <http://www.fqocf.org/publication/cadre-de-reference-sur-les-pratiques-daction- communautaire-autonome-famille-2008/>

Lacharité, C. et J-P. Gagnier (2009). Comprendre les familles pour mieux intervenir.Repères conceptuels et stratégies d’action. Éd. Gaëtan Morin, 384 p.

Lacharité, C. (2010). L’expérience parentale. Inédit.

Le Bossé, Y. (2003). « De l’ « habilitation » au « pouvoir d’agir » : vers une appréhension plus circonscrite de la notion d’empowerment », Nouvelles pratiques sociales, vol 16, no 2, p. 30-51.